Santé, médical et hygiène et bien être

Les tueurs de productivités à éviter pour mieux gérer votre temps

0

Lorsqu’il est question de productivité, la plupart des gens pensent à des systèmes ou à des pratiques qui les aident à en faire plus, surtout lorsqu’il s’agit de faire rentrer encore plus de tâches dans le temps limité dont nous disposons tous chaque jour. Lisez à peu près n’importe quel article sur la productivité, et vous découvrirez très probablement une multitude de façons d’en faire plus en moins de temps. Ceux-ci incluent généralement une variété de systèmes de gestion du temps, y compris faire des listes et fixer des objectifs, qui sont essentiellement des moyens d’être encore plus occupé.

Bien qu’il soit certainement vrai que vous ne pouvez pas être productif sans agir, bon nombre des stratégies que nous utilisons actuellement pour essayer d’extraire une heure supplémentaire d’une dizaine de minutes libres se retournent souvent contre nous. Le plus souvent, elles peuvent conduire au stress, à la fatigue, voire à l’épuisement, qui sont autant d’entraves à la productivité.

Au lieu de cela, si vous voulez vraiment découvrir le secret pour être plus productif, vous pouvez vous concentrer sur le fait d’en faire réellement moins. Bien que cela semble contre-intuitif, ne pas prendre de temps libre est l’un des plus grands drains de productivité qui existent. C’est parce que vous ne devenez pleinement capable de faire votre meilleur travail que lorsque vous êtes rafraîchi, détendu et rechargé.

Imaginez que vous êtes une voiture qui fait un très long voyage en voiture. Si vous, le conducteur, ne vous arrêtez jamais pour faire le plein, vous n’irez pas très loin. Il en va de même pour votre moi humain. Si vous ne vous arrêtez jamais pour  » faire le plein  » – physiquement, mentalement et émotionnellement – vous avez peu de chances d’aller loin sans vous épuiser, ce qui n’est pas du tout utile pour votre productivité.

Des tueurs de productivité surprenants à éviter

Si vous voulez être plus productif, évitez ces 10 choses.

Ne pas dormir suffisamment

Combien de fois vous surprenez-vous à vous assoupir devant votre tasse de café du matin au travail ? En tant qu’écrivain, j’ai fait de nombreuses nuits tardives pour respecter une échéance, et je l’ai toujours regretté le lendemain matin. Même si je parviens à rédiger un article parce que j’ai veillé toute la nuit, le manque de sommeil aura un impact sur mon écriture le lendemain, et je ne serai pas aussi productif pour mon deuxième article.

Notre cerveau ne fonctionne tout simplement pas de manière optimale en cas de manque de sommeil.

Les effets de la privation de sommeil

Selon des chercheurs, les symptômes du manque de sommeil comprennent des troubles du jugement, de l’humeur et de la mémoire. Donc, si vous essayez d’être plus productif en travaillant plus longtemps et en réduisant votre temps de sommeil, cela ne fonctionnera pas. En fait, vous serez plus enclin à faire des erreurs, vous ne serez pas en mesure de vous rappeler les informations nécessaires, vous ne serez pas aussi capable d’apprendre et de vous adapter à un nouveau matériel, et vous manquerez de la concentration, de l’énergie et de la motivation nécessaires pour faire avancer les choses.

En fait, une enquête menée en 2018 a révélé que les personnes ayant des habitudes de sommeil saines sont beaucoup plus susceptibles que celles qui n’en ont pas d’être plus productives le lendemain. Cela fait écho aux conclusions d’une enquête, dans laquelle près de la moitié des ont déclaré que le manque de sommeil affectait leur capacité à effectuer des tâches quotidiennes au moins une fois par semaine.

Tout cela signifie que même si vous parvenez à grappiller quelques heures supplémentaires dans une journée en réduisant votre sommeil, tout gain réalisé en travaillant tard dans la nuit sera compensé par votre baisse de productivité le lendemain.

En outre, le manque de sommeil peut coûter considérablement aux individus et à l’économie. Selon un rapport de la RAND Corporation, le manque de sommeil coûte à l’économie 411 milliards d’euros et 1,23 million de jours de travail par an. Une partie de ce coût est due au fait que les employés dorment trop et se présentent au travail en retard, tandis que d’autres travailleurs sautent carrément des journées en raison de maladies auxquelles ils deviennent plus sujets en raison du manque de sommeil. Une étude publiée a établi un lien indiscutable entre le sommeil et le système immunitaire.

Combien de sommeil est suffisant ?

Les Centers for Disease Control recommandent aux adultes âgés de 18 à 60 ans de dormir au moins sept heures par nuit. La quantité réelle nécessaire varie en fonction de la constitution génétique de chaque personne et de la qualité globale du sommeil ; la NSF note que certains adultes peuvent avoir besoin de jusqu’à neuf heures de sommeil par nuit pour fonctionner au mieux

La véritable épreuve est le test de votre capacité à dormir.

Le véritable test est votre propre expérience. Si vous vous trouvez somnolent tout au long de la journée, que vous êtes généralement fatigué et que vous avez du mal à vous concentrer sur des tâches, il se peut que vous ne dormiez pas assez.

Travailler de longues heures

Dès le 19e siècle, les chercheurs savent que les travailleurs sont plus productifs lorsqu’ils travaillent moins d’heures et ont recommandé de réduire la durée de la journée de travail moyenne. Et depuis lors, les chercheurs ont toujours constaté que des heures plus courtes se traduisent par une plus grande productivité. En fait, lorsque les heures de travail sont allongées, tous les gains qui résultent de l’augmentation du temps sont compensés par des baisses de productivité

La réduction de la durée de la journée de travail se traduit par une augmentation de la productivité.

Un certain nombre d’études continuent de montrer que les heures de travail plus longues ont un effet inverse sur la productivité. L’une de ces études a révélé que les travailleurs étaient les plus productifs lorsqu’ils travaillaient entre 10 et 20 heures par semaine. Ceux qui travaillaient 35 heures par semaine étaient deux fois moins productifs que ceux qui travaillaient 20 heures, et les moins productifs étaient ceux qui travaillaient 60 heures ou plus par semaine.

Ce n’est pas une excellente nouvelle quand on sait que les personnes travaillent plus longtemps que jamais. Un sondage Gallup a révélé que la semaine de travail moyenne est de 47 heures, ce qui place la moyenne quotidienne à 9,4 heures. Quatre adultes sur 10 ont déclaré travailler au moins 50 heures par semaine.

Pourquoi plus de temps ne signifie pas plus de productivité

Alors, pourquoi sommes-nous plus productifs lorsque nous travaillons moins longtemps ? Sendhil Mullainathan, professeur d’économie à Harvard, et Eldar Shafir, professeur de sciences cognitives à Princeton, ont abordé cette question dans leur livre. Ils expliquent que lorsque vous essayez de remplir une journée entière de travail, vous traînez les pieds, vous procrastinez et vous vous laissez facilement distraire. En revanche, lorsque votre temps est limité, vous êtes plus motivé pour accomplir ce que vous pouvez dans ce laps de temps. Cette volonté se traduit par une énergie qui alimente votre première action et qui prend de l’ampleur. Par conséquent, vous finissez par être plus productif que si vous aviez eu toute la journée pour accomplir les mêmes premières tâches.

Malheureusement, il n’y a pas forcément grand-chose que nous puissions faire sur la durée des journées de travail puisque les employeurs fixent généralement les horaires. Pire encore, pas moins de 82,5 % des travailleurs apportent leur travail à la maison, ce qui prolonge encore plus la journée de travail. C’est particulièrement vrai pour les employés salariés qui doivent continuer à travailler à une tâche jusqu’à ce qu’elle soit terminée, contrairement aux travailleurs horaires qui ne sont affectés à un travail que pour une durée déterminée.

Comment éviter de ramener du travail à la maison

Bien que vous ne puissiez pas exercer un grand contrôle sur votre journée de travail elle-même, il existe au moins quelques façons de restructurer votre temps qui vous rendront plus productif pendant la journée et, par conséquent, moins susceptible de devoir ramener du travail à la maison.

Établissez des priorités dans votre journée

Démarrez chaque journée en faisant une liste de toutes les tâches que vous devez accomplir, puis en les hiérarchisant. Ne commencez pas par les tâches les plus faciles ; au contraire, demandez-vous : « Quelle est la chose la plus importante à faire aujourd’hui ? » Faites toujours cette chose en premier, puis passez à la prochaine chose la plus importante, et ainsi de suite.

De cette façon, si vous ne terminez pas toute votre liste, les tâches moins importantes qui n’ont pas été faites peuvent être remises à plus tard. Si vous avez commencé par les tâches les moins importantes, vous pourriez finir par devoir ramener cette grosse tâche à la maison

Il n’y a pas d’autre solution.

la concentration

L’Université de l’Ohio (OU) rapporte que le travailleur de bureau typique est interrompu toutes les trois minutes, or il faut au cerveau humain moyen 23 minutes pour se reconcentrer sur une tâche après avoir été interrompu. Maintenez donc votre attention sur la tâche à accomplir. Débarrassez-vous des « micro-distractions » en désactivant les notifications push sur votre téléphone, en vous déconnectant de votre messagerie électronique et en accrochant le proverbial panneau « ne pas déranger ». Ensuite, restez hyper-concentré sur la tâche à accomplir.

Souvenez-vous, les chercheurs ont découvert que la principale raison pour laquelle certaines personnes peuvent en faire plus en moins de temps est qu’elles s’y attachent et ne se laissent pas distraire.

éviter le multitâche

Bien que le multitâche puisse sembler être un excellent moyen d’en faire plus en moins de temps, les recherches montrent systématiquement le contraire. Notre cerveau n’est tout simplement pas très doué pour jongler avec plusieurs choses à la fois. En fait, certaines recherches suggèrent même que le multitâche peut réduire la productivité de 40 %.

Bien que vous puissiez avoir l’impression d’en faire plus en moins de temps en faisant du multitâche, ce que vous faites en réalité, c’est passer constamment d’une activité à l’autre. En d’autres termes, vous vous interrompez continuellement. Et comme mentionné précédemment, les interruptions constantes ne sont pas bonnes pour la productivité.

faites des pauses

Si se concentrer exclusivement sur une tâche à la fois peut être extrêmement utile pour faire avancer les choses, renoncer aux pauses ne l’est pas. Selon OU, le cerveau humain a besoin de 15 minutes de repos pour chaque heure de travail ; en fait, les 10 % des employés les plus productifs prennent exactement cette quantité. Le cerveau a besoin de temps pour se reposer et se recharger, et il ne fonctionnera au mieux que si on lui en laisse le temps. Il est important de faire des pauses.

Il est important, cependant, que votre pause soit réellement un repos pour votre esprit, qui a besoin de temps pour se détacher et errer ; lire les nouvelles ou faire défiler les médias sociaux, ne serait pas une pause utile. Une bonne chose à faire pendant ces 15 minutes est de faire une petite promenade. Des études montrent que rester assis pendant de longues périodes peut avoir des répercussions négatives importantes sur votre santé, tandis que faire un peu d’exercice peut avoir des effets positifs sur votre productivité, notamment en augmentant votre vigilance et votre énergie.

Vous sur-planifier

Lorsque nous sommes occupés à essayer d’arracher chaque minute de la journée, nous remplissons souvent les agendas au maximum. Mais des recherches publiées montrent qu’au lieu de nous aider à utiliser chaque minute libre, une planification excessive peut donner l’impression que notre temps est plus court qu’il ne l’est. En substance, le temps  » rétrécit « .

Bien que le fait d’avoir un plan de base pour la journée puisse être utile, lorsque nous programmons trop de réunions et de rendez-vous, nous avons soudainement l’impression qu’il n’y a plus de temps pour faire quoi que ce soit, même si ce n’est pas le cas. Par exemple, dans l’étude, les chercheurs ont constaté que lorsqu’ils ont donné à deux groupes de participants la même heure pour lire, mais qu’ils ont dit à l’un d’entre eux qu’ils avaient un rendez-vous à la fin de cette heure, le groupe « surprogrammé » a perçu qu’on ne lui avait donné que 40 minutes, et non pas une heure, pour lire.

Ce n’est pas la même chose que le coup de pouce à la concentration que vous pouvez obtenir avec une journée de travail raccourcie. Dans ce cas, vous pouvez toujours avoir de grands blocs de temps pour vous concentrer sur de grands projets et faire un travail profond. Ce dont les chercheurs parlent ici, c’est plutôt d’une journée remplie d’un barrage constant d’interruptions. Il s’agit plutôt d’une journée remplie d’interruptions.

Par exemple, disons que vous avez un total de quatre heures pour travailler sur un grand projet. Si vous disposez d’un bloc de temps complet de quatre heures, vous vous sentirez probablement capable de vous atteler à la tâche et de vous mettre au travail. Mais si vous regardez votre journée de travail et que vous voyez réunion après réunion avec une heure ou deux entre chacune d’elles, vous pourriez ne pas prendre la peine de commencer ce grand projet et vous en tenir plutôt à des tâches plus petites – même si vous avez un total de quatre heures disponibles au cours de la journée.

Gérer la pénurie de temps

Notre propension à nous sur-planifier a donné naissance à un tout nouveau champ d’investigation – celui de la « famine de temps ». Comme le rapporte CNN, la famine de temps fait référence au sentiment d’avoir trop de choses à faire et pas assez de temps pour le faire. Et s’il est vrai que nous avons souvent trop de choses à faire en trop peu de temps, tout aussi souvent, c’est notre perception du temps qui nous empêche d’en faire plus.

Contrairement à ce que vous pouvez croire, programmer chaque minute vous rendra en fait moins productif, pas plus. Pour lutter contre cela, les chercheurs suggèrent de limiter au maximum vos rendez-vous. Si vous occupez un emploi où vous devez prendre des rendez-vous ou assister à des réunions, essayez des garder tous en début de matinée ou en fin d’après-midi, afin de disposer encore de grandes plages de temps pour travailler.

productivités

Gérer son temps plutôt que son énergie

Nous abordons souvent le temps comme si chaque heure avait les mêmes 60 minutes que toutes les autres. Cette façon de penser est au cœur de la planification excessive. Elle nous pousse à croire qu’il nous suffit de trouver le meilleur calendrier, la meilleure application ou le meilleur hack de gestion du temps pour tirer le meilleur parti de chaque seconde

Entrepreneur, conférencière et auteur à succès, elle explique dans son livre que cette façon de penser est erronée. Toutes les 60 minutes ne sont pas, en fait, les mêmes. les niveaux d’énergie ont des pics et des creux tout au long de la journée, et ces pics et ces creux ont un impact direct sur notre productivité

Par exemple, en tant que maman d’un jeune enfant, je sais que je ne peux écrire que lorsqu’il est soit endormi, soit à l’école maternelle. Cela signifie que je profite souvent de ces quelques précieuses heures après qu’il se soit couché et avant qu’il soit temps pour moi de faire de même. Mais à la fin d’une longue journée, après avoir travaillé pendant la majeure partie de celle-ci et avoir été une mère pendant le reste, j’ai rarement l’énergie nécessaire pour être vraiment productive à ce moment-là. Il peut me falloir quelques heures pour marteler quelques centaines de mots.

En revanche, mon énergie atteint un pic dans l’après-midi. Après être rentré chez moi après avoir enseigné toute la matinée et avoir pris mon déjeuner, je suis prêt à y aller. Dans ces mêmes quelques heures qu’il m’a fallu le soir pour sortir quelques centaines de mots, je pourrais être capable d’en écrire quelques milliers.

Comment planifier votre temps en utilisant vos niveaux d’énergie

Une fois que vous avez pris en compte le fait que nous ne serons pas au maximum de notre productivité à chaque heure de chaque jour, votre calendrier quotidien commence à être un peu différent. Si, par exemple, vous savez que vous êtes une personne du matin, programmez les choses qui requièrent votre concentration maximale pendant la matinée et gardez les tâches qui nécessitent moins de concentration pour vos heures creuses.

Par exemple, je sais que je ne suis pas doué pour écrire pendant les heures du soir, mais c’est un bon moment pour moi pour faire quelque chose de plus passif, comme des recherches pour mes livres et mes articles. Utiliser mes heures du soir pour lire m’aide à rester productif au lieu de « perdre » tout ce temps à essayer de presser juste quelques mots.

Même si vous ne travaillez pas à domicile comme moi, cela vaut la peine d’observer les moments où vous avez le plus et le moins d’énergie et de planifier vos journées moins en fonction des heures que des niveaux d’énergie. Vous serez toujours plus productif lorsque votre énergie est plus élevée, c’est donc à ce moment-là qu’il faut penser à s’attaquer à vos plus grosses tâches à accomplir.

De même, il est souvent peu utile d’essayer de vous forcer à accomplir ces tâches plus importantes pendant vos périodes de baisse d’énergie. Pour tirer le meilleur parti de chaque heure, utilisez vos temps d’arrêt pour des tâches plus simples, plus faciles ou même plus agréables

Ne pas prendre de congés au travail

La plupart d’entre nous ont entendu parler du concept d' »équilibre entre vie professionnelle et vie privée », mais beaucoup d’entre nous – en particulier ceux qui ont des emplois exigeants – le balaient du revers de la main comme un objectif impossible à atteindre. Pourtant, aussi difficile que cela puisse être, ne pas prendre de temps libre au travail peut avoir des conséquences désastreuses sur votre productivité.

Les effets d’un mauvais équilibre entre travail et vie privée

Un mauvais équilibre entre vie professionnelle et vie privée peut entraîner, entre autres, un sommeil insuffisant, une mauvaise récupération cognitive et une baisse d’énergie pour réaliser ce dont vous avez besoin le lendemain, selon une étude. C’est particulièrement vrai pour ceux qui ramènent du travail à la maison

Il s’agit d’un problème de santé publique.

L’étude a révélé que même des tâches apparemment « mineures », telles que la vérification des e-mails, l’envoi de SMS ou la communication sur les médias sociaux avec des collègues de travail, peuvent avoir un impact sur votre temps de récupération, ce qui vous rend moins susceptible de vous sentir rajeuni lorsque vous arrivez au travail le lendemain. Le fait de ne pas se ressourcer a incontestablement un impact sur vos niveaux d’énergie – et, par conséquent, sur votre productivité – le lendemain.

En outre, l’étude a révélé que les activités dites « à faible effort », comme écouter de la musique, lire ou regarder la télévision, avaient l’effet inverse ; elles aidaient les travailleurs à se sentir renouvelés et réénergisés, prêts à affronter le travail le lendemain. Au final, l’étude a conclu que cultiver la capacité à éteindre son « cerveau de travail » vous aide à la fois sur le plan cognitif et sur le plan émotionnel.

Mais les conséquences ne s’arrêtent pas là, surtout si vous considérez qu’une durée de vie réduite nuit à votre productivité globale. Selon une recherche médicale, le fait de ne pas parvenir à un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée peut vous rendre 33 % plus susceptible de subir un accident vasculaire cérébral et 13 % plus susceptible de développer une maladie cardiaque

La vie est un processus qui se déroule dans un climat de confiance.

En définitive, il n’est tout simplement pas rentable de brouiller les frontières entre la vie professionnelle et la vie privée.

Comment atteindre l’harmonie entre le travail et la vie privée

Comment s’y prendre pour atteindre l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, surtout lorsque votre travail exige de longues heures ou des « devoirs » ? PDG d’Amazon, suggère d’abandonner complètement le terme « équilibre », qui implique des compromis, et d’utiliser plutôt le terme « harmonie entre travail et vie privée ». Selon lui, il vaut mieux exercer son énergie là où l’on obtient le meilleur rendement.

Au lieu de penser à répartir équitablement vos heures entre le travail et le loisir, concentrez-vous sur ce qui vous rend le plus heureux et vous donne le plus d’énergie

L’harmonie entre le travail et la vie privée, c’est une question d’équilibre.

Après tout, les conséquences d’un mauvais équilibre entre vie professionnelle et vie privée proviennent du fait que le travail est un drain d’énergie et une source de stress. Si vous êtes heureux et productif au travail, cette énergie positive se répercutera sur votre vie familiale ; si vous êtes heureux à la maison, cela se répercutera sur votre journée de travail. Donc, en fin de compte, atteindre l’harmonie entre le travail et la vie privée est un jeu individuel – il s’agit de savoir ce qui vous permet réellement de vous sentir énergisé.

Pour beaucoup d’entre nous, cependant, les meilleurs souhaits et désirs ne sont pas toujours les plus réalisables, surtout si nous travaillons toute la journée et sommes parents toute la nuit. Si c’est le cas, prenez courage ; l’étude a révélé que même le fait de s’adonner à des activités domestiques qui pourraient normalement être associées au stress – comme cuisiner ou élever des enfants – permettait d’améliorer la qualité du sommeil, ce qui a une incidence sur la productivité.

Cela dit, cela vaut vraiment la peine de créer des frontières entre travail et vie privée partout où vous le pouvez. Par exemple, entre l’enseignement et l’écriture, je travaille des journées de 12 heures du lundi au vendredi. Comme je dois caser l’écriture dans les « fentes » de ma journée, je suis rarement en congé pendant la semaine ; je suis à peu près toujours en train de travailler ou de faire mon devoir de mère. Mais je m’impose une limite ferme quant au travail le week-end. Je n’ouvre même pas mes e-mails ou les médias sociaux ; les week-ends sont consacrés à la famille. Vous pouvez décider de fixer des limites similaires dans votre journée ou votre semaine. Si vous le faites, assurez-vous qu’il s’agit de limites fermes.

Quoi qu’il en soit, quoi que vous fassiez pendant vos heures creuses, assurez-vous que c’est quelque chose qui vous aide réellement à vous détendre et à vous relaxer. Par exemple, l’étude a révélé que regarder la télévision peut vous aider à déstresser et à vous détendre, mais que vérifier les e-mails et les médias sociaux ne le fait pas.

Sauter les vacances

Celle-ci ne devrait pas être une surprise, étant donné qu’atteindre un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée est essentiel à la productivité. Mais il est tout aussi important de regarder l’année, ainsi que les jours et les semaines, car renoncer à des vacances peut également avoir un impact négatif sur votre productivité globale.

Les effets de l’absence de vacances

Comme le rapporte CNBC, de nombreuses études ont prouvé les conséquences négatives de l’absence de vacances. Il s’agit notamment du stress, de l’épuisement professionnel et de la maladie. En outre, le fait de ne pas prendre de vacances peut conduire à la dépression, qui à son tour affecte votre capacité à vous concentrer, à être créatif et à accomplir des tâches

L’absence de vacances peut conduire à la dépression.

Prendre des vacances peut vous aider à vous sentir plus heureux et plus détendu. Une étude publiée a révélé que le fait de prendre des vacances réduit la probabilité d’épuisement professionnel.

En outre, bien qu’une étude de Psychological Association (APA) ait constaté que l’effet déstressant des vacances ne dure pas nécessairement très longtemps, des recherches antérieures de l’APA ont conclu positivement que la planification des vacances peut avoir un impact encore plus important sur le bonheur. Lorsque nous avons quelque chose à attendre avec impatience, l’anticipation a un effet global sur les niveaux de bonheur. Plus de bonheur signifie plus d’énergie et, par conséquent, la capacité d’être plus productif.

Pourquoi les personnes ne prennent pas plus de vacances

Malgré les avantages positifs, pas moins de 52% des n’utilisent pas le temps de vacances qui leur est alloué. La raison n° 1 pour laquelle de nombreux travailleurs ne prennent pas leurs vacances est le désir d’économiser de nos jours pour l’année suivante ; suit de près le souhait de ne pas paraître paresseux ou démotivé.

Les milléniaux âgés de 18 à 25 ans étaient les plus susceptibles de déclarer ne pas utiliser leurs vacances, peut-être parce qu’ils sont plus concentrés à cette étape de la vie sur l’établissement des bases de leur carrière et qu’ils craignent d’être écartés des promotions

La raison la plus fréquente pour laquelle les travailleurs ne prennent pas leurs vacances est le manque de motivation.

Bankrate accuse la culture du « travail, travail, travail » d’être la force derrière le refus des de prendre des congés. En fait, c’est l’un des pays où l’on travaille le plus dur au monde et où l’équilibre entre le travail et la vie privée est parmi les pires.

Tout cela donne l’impression que c’est en quelque sorte mal de prendre vos jours de vacances bien mérités. Pourtant, les effets positifs globaux sur votre carrière, et votre productivité accrue, devraient l’emporter sur tout cela.

Essayer de tout faire soi-même

Lorsque nous essayons de  » tout faire « , notre temps disponible se réduit drastiquement. Lorsque nous tentons de tout faire nous-mêmes, non seulement nous perdons du temps en général, mais nous perdons aussi des heures productives. Il n’y a pas de temps à perdre.

Par exemple, j’ai mentionné plus tôt qu’en raison de mes longues heures de travail, lorsque je ne suis pas à l’heure, je suis fermement à l’heure. En d’autres termes, je n’ai aucune envie de faire des corvées pendant mes temps morts. J’ai donc engagé un service de nettoyage à domicile, et je n’exagère pas en disant que c’est l’une des meilleures choses pour lesquelles j’ai jamais dépensé mon argent. Rien que le soulagement mental de savoir qu’il y a quelque chose que je n’ai pas à faire en fait de l’argent bien dépensé pour moi.

Les avantages d’acheter du temps

Je ne suis pas le seul à avoir ressenti les effets positifs de  » l’achat de temps « , c’est-à-dire gagner du temps dans votre journée pour d’autres choses en déléguant ou en louant des tâches qui peuvent être effectuées par d’autres

Les avantages de l’achat de temps sont nombreux.

Selon une recherche publiée, acheter du temps peut aider à compenser le sentiment de manque de temps. L’étude a révélé que dépenser de l’argent pour acheter du temps était lié à une plus grande satisfaction de vie, quel que soit le niveau de revenu. L’étude a également révélé que les effets négatifs du manque de temps étaient plus faibles chez les personnes qui dépensaient de l’argent pour acheter des services permettant de gagner du temps, tels que le nettoyage de la maison ou les services de courses. Les avantages de l’achat de temps vont bien au-delà de l’achat de temps.

Les avantages vont au-delà du simple bonheur. Embaucher ou déléguer des tâches vous aide à concentrer votre temps et votre énergie dans les domaines où vous aurez le plus d’impact. Par exemple, même si je suis parfaitement capable de faire le ménage chez moi, confier cette tâche à quelqu’un d’autre me donne plus de temps pour me concentrer sur l’écriture. Et il a été prouvé que plus votre vie domestique est relaxante et ressourçante, plus cela se répercutera sur le bonheur, l’énergie et la productivité au travail.

N’oubliez pas de transposer le même état d’esprit de gain de temps dans votre vie professionnelle également. Même au travail, lorsque vous dépensez votre énergie sur des tâches sur lesquelles vous n’avez pas besoin de vous concentrer, cela affecte naturellement votre capacité à être productif dans d’autres domaines. Un article publié, par exemple, a révélé que lorsque les gens ont l’impression que leurs différents objectifs sont en concurrence pour leur temps, ils ressentent du stress, de l’anxiété et un sentiment de manque de temps. Tous ces éléments ont des effets néfastes sur la productivité.

Donc, à part engager une femme de ménage à domicile ou faire livrer vos courses, cela vaut aussi la peine de chercher des moyens de déléguer au travail. Concentrez votre attention et votre énergie là où vous aurez le plus d’impact, et tout ce qui peut être délégué ou automatisé devrait l’être.

Demander trop d’avis

Vous pensez peut-être que plus il y a de personnes dans une pièce, plus vous aurez d’idées, augmentant ainsi la créativité et la capacité de production de votre équipe de travail. La recherche, cependant, prouve de manière concluante le contraire

La recherche a prouvé que les idées sont plus nombreuses que les idées.

Une étude publiée a révélé que les exercices de brainstorming peuvent conduire à se fixer sur une seule idée. Cela peut sembler contre-intuitif, mais lorsque vous réunissez un grand nombre de personnes pour faire un brainstorming, vous vous retrouvez avec une « pensée de groupe ». Le chercheur principal Nicholas Kohn explique : « La fixation sur les idées des autres peut se produire inconsciemment et vous amener à proposer des idées qui imitent celles de vos partenaires de brainstorming. Ainsi, vous devenez potentiellement moins créatif.  »

Une deuxième étude, publiée, a révélé que les gens sont plus susceptibles de produire un plus grand nombre d’idées originales et créatives lorsqu’ils n’interagissent pas avec d’autres personnes.

L’auteur de l’étude explique que la plupart des réunions sont dominées par quelques « grandes gueules », laissant les opinions de la majorité des participants non entendues. Pire encore, ces premières idées ont la plus grande influence sur le reste de la conversation, car elles établissent les « normes » ou les attentes pour toutes les idées qui viennent ensuite. Cela peut avoir un effet significatif sur la productivité. Parce que le brainstorming favorise les premières idées et s’arrête là, beaucoup des idées vraiment les meilleures.

Comment augmenter les ventes grâce au marketing vidéo du commerce électronique

Article précédent

Comment voyager comme un patron

Article suivant

À Lire aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.